La poïétique de la communication dans l’écriture migrante franco-québécoise contemporaine

Georgeta Prada

Université « Dunărea de Jos », Galați, Roumanie

MOTS-CLÉS : le pli, l’anamorphose, l’hypoténuse, l’art primitif, le rivage, l’exil, l’écriture franco-québécoise

Dans cet article nous analyserons la littérature migrante franco-québécoise: Kim Thúy (Vietnam), Ying Chen (Chine), Dany Laferrière (Haïti), Wajdi Mouawad (Liban). Témoins du Mal, ces écrivains de l’exil communiquent un puissant désir de se sauver par l’écriture. Leur poïétique de la communication sera analysée dans la triple perspective du pli de Deleuze, de l’image anamorphique de Baltrusaitis et de l’esthétique baroque.

Pour lire le résumé de l'article en anglais, cliquez sur le lien ci-dessous :
La poïétique de la communication dans l’écriture migrante franco-québécoise contemporaine
Article précédent

« Une poétique de la communication littéraire au ras du sensible : l’exemple de Danser les ombres de Laurent Gaudé (2015) »
Hélène Crombet
Tous les articles du numéro